quand le branding et le design thinking s'entremêlent

Si tu ne ne le savais peut-être pas, j'ai deux passions dans la vie : l'apprentissage de la stratégie de marque et l'innovation (qui inclut le design thinking). Cela explique peut-être pourquoi, lorsque quelqu'un m'a proposé une mission de branding, j'ai dit OUI sans y réfléchir à deux fois. Le problème ? Je n'ai jamais organisé mes connaissances sur le sujet sur papier, et je ne savais pas non plus comment expliquer ma vision de la marque. C'est ce que je vais essayer de faire aujourd'hui.
La première personne à laquelle je pense lorsque je parle de stratégie de marque est Simon Sinek dans son discours TED et son livre Start with Why (dont j'ai parlé ici). Son point de vue sur une stratégie marketing bien menée est simple : tout doit venir de vos valeurs, c'est-à-dire de votre WHY. Une fois que vous êtes en mesure d'identifier (et donc de partager) ce qui vous motive, vos clients cibles viendront à vous car ils s'identifient à votre message et à vos idéaux.
Ainsi, avoir une marque semble être avant tout la capacité d'exprimer votre morale au monde.
Mais peut-on construire ce message ?

¬ę fais le √† ta mani√®re ¬Ľ

" Une marque impeccable " fait souvent allusion à la publicité faite par Apple en 1984 pour annoncer son premier Macintosh, présentant la firme comme celle qui vient briser le statu quo. Une autre marque à laquelle nous faisons souvent référence dans ce domaine est Nike, avec ses nombreuses publicités affirmant qu'un héros réside en chacun de nous pour - aussi - changer la situation actuelle. Si Apple utilise de grandes campagnes axées sur les talents alternatifs - quotidiens - sublimés par leurs technologies, Nike mise sur des athlètes - controversés - comme Kaepernick pour diffuser son message. (Nous pourrions mettre en doute leur bonne volonté, car certaines de leurs récentes campagnes ressemblent plus à un lavage de marque ou de culture qu'à un véritable engagement, mais c'est une autre histoire).
Mais que se passe-t-il lorsque vous √™tes de l'autre c√īt√© de la construction d'une entreprise ? Lorsque vous venez de vous lancer et que vous n'√™tes pas vraiment enclin √† d√©velopper le message de votre marque ? Pour certains, cela peut m√™me sembler accessoire, ou pire : purement esth√©tique.
Pourtant, comment définir une identité de marque quand on en est encore au stade du prototypage de son activité ? C'est là que le design thinking entre en jeu.

mais au fait, qu'est-ce que le design thinking ?

Ravi que vous le demandiez. Pour faire court, le design-thinking a été introduit dans le monde par Tim Brown, fondateur et PDG d'IDEO, une société qui aide les personnes et les structures à innover différemment. Leur méthode (le design thinking) repose en grande partie sur la créativité et sur l'adoption d'une approche orientée vers l'utilisateur et les problèmes. Cela permet aux personnes qui ne sont pas des designers d'utiliser certains de leurs outils et de leur état d'esprit pour aborder les problèmes - et l'élaboration de solutions - différemment.
L'un des grands principes du design thinking est : " tester et apprendre ". Cela signifie que vous devez rapidement aller sur le terrain pour confronter votre projet à ses utilisateurs finaux. Cela vous permettra d'abord d'entrer en empathie avec eux et de cadrer le problème. Ensuite, c'est aussi l'occasion pour vous de retourner vers ce premier public pour lui présenter la première version de votre projet afin de recueillir ses réactions pour adapter votre production à ses besoins et ainsi de suite.
Ce cercle de production - également appelé cercle de vie dans le Roi Lion, comme si chaque lion était une mise à jour du précédent - vous permet de créer rapidement une version fonctionnelle de votre projet en y intégrant toutes ses caractéristiques principales.
Et si c'était aussi le cas pour les marques ?
(le double diamant représente les différentes étapes de la méthode. Vous pouvez en savoir plus à ce sujet ici)

qu'est-ce que le mvp ?

Remarque : ici, les définitions de MVP et de prototype sont souvent discutées. Ici, j'ai fait la différence entre un prototype qui teste le concept et le MVP qui teste l'appétence du marché. Par exemple, si mon produit final est une voiture, mon prototype pourrait être un scooter pour montrer ma volonté de créer un moyen de transport plus rapide par rapport à mon MVP... qui sera une voiture. Pour plus d'informations, vous pouvez toujours consulter mon glossaire.
Toujours dans le domaine du design thinking, le Minimum Viable Product (MVP) est la premi√®re version commercialis√©e d'un produit destin√©e √† tester le march√© (apr√®s le prototypage bien s√Ľr). Il est cens√© √™tre une version plus simple de votre concept pour (in)valider l'int√©r√™t - et la compr√©hension - de votre offre par votre client√®le cible.
Ce concept de MVP s'est lentement étendu à d'autres domaines. Seth Godin, par exemple, a inventé la notion de Minimum Viable Audience (MVA). Pour lui, le MVA est : " Le plus petit groupe qui peut soutenir votre entreprise ".
Alors pourquoi la stratégie de marque devrait-elle être différente ?
 

for a minimal viable brand

Lorsque nous commençons, nous devrions peut-être nous demander : quelle est la marque la moins gourmande en temps/effort/argent qui peut soutenir votre entreprise ?
Pour cela, nous pourrions adopter une approche centr√©e sur l'utilisateur, un peu comme le design thinking. Il s'agit d'entrer en empathie avec votre public cible (ou d√©j√† existant), d'apprendre √† conna√ģtre ses points de douleur, ses valeurs, ses id√©aux... afin de comparer avec l'entreprise que nous construisons et de comprendre comment notre exp√©rience de marque peut y r√©pondre (m√™me si elle est minime). Quels sont les principaux besoins (√©motionnels) de ces personnes ? Leurs interdits ? Quelle atmosph√®re recherchent-ils ? Quel ton ? Quelle exp√©rience utilisateur pourrait les convaincre d'acheter vos services ? Ou de ne pas les acheter ? Ce sont toutes sortes de questions que vous pouvez vous poser pour √©tablir une premi√®re " √©bauche " de votre marque.
Commencer par une " ébauche " peut également soulager de la pression perfectionniste qui nous paralyse parfois. Au lieu de voir une marque comme un must, on pourrait peut-être aussi se la représenter comme un laboratoire ou une expérience en soi pour aborder les clients différemment.
En outre, ce travail d'introspection permet également de prendre du recul pour (ré)évaluer ses ambitions en tant qu'entreprise et construire de meilleures bases. Surtout si vous venez de vous lancer.
C'est exactement ce que j'ai l'opportunité de faire avec cette première mission freelance. Aider quelqu'un à définir en 6 semaines son MVB et le tester sur le terrain.
Et comme c'est ma première mission, on peut même la considérer un peu comme un Produit Minimum Viable de mon activité. Quel cercle vertueux amusant.
Vous voulez collaborer √† la conception de votre marque ou √† un autre sujet ? √Čcrivez-moi √† l'adresse hello@apolline.xyz
 
Pour aller plus loin vous pouvez consulter le Three hour brand sprint
 
 
 

¬©Apolline ūüźč, 2022 - 2023
ūü¶Ď¬†Instagram / Linkedin / Twitter
ūüŹäūüŹĺ‚Äć‚ôÄÔłŹ¬†Ploufletter -¬†La piscine, le site - Ploufcast
ūüíĽ¬†In english