Apolline 🐋
navigation

que faire pour contrer la solitude entrepreneuriale lorsqu’on lance son projet ?

 
Ressentir la solitude lorsque l'on lance un projet est plutôt courant, que l’on parle du besoin d’entretenir des relations sociales, d’avoir des retours extérieurs sur son projet ou de bénéficier d’un écosytème apprenant. Alors comment alors anticiper ce problème ou y remédier ? Voici quelques pistes pour ce faire

1/ rejoindre un incubateur

Un incubateur est un espace où des entrepreneur·ses peuvent se réunir et échanger. C'est un écosytème dans lequel on peut bénéficier de conseils, de coaching individualisé, parfois des locaux, et de mise en relation avec le réseau de la structure accueillante. L’on peut également accéder à des formations et opportunités spécifiques à votre secteur – puisque la majorité des incubateurs sont spécialisés dans une niche donnée. En bref, cela permet d'accéder à un réseau et à des ressources qui ne seraient pas disponibles autrement – ou plus difficiles d'accès.
Outre la présence de ce cadre entrepreneurial permettant de professionnaliser et faciliter le développement de son projet, intégrer un incubateur, c’est aussi rejoindre une communauté de pairs entrepreneur·ses. Cet écosystème de projets – et de personnes – aux stades de développement plus ou moins divers permet de profiter de retours d’expérience, de se rassurer sur certains aspects de la création d’entreprise et s’ancrer dans une dynamique collective.
 

2/ rejoindre un groupe de co-développement ou un programme collectif

Si tu ne souhaite pas (t’)investir immédiatement dans un incubateur, d’autres solutions s’offrent à vous comme rejoindre un groupe de codev ou un programme collectif pour te lancer, tester ta posture, ton appétence pour l’entrepreneuriat et ton projet. Tu peux ainsi te tourner vers les makesense_Sprint (gratuit pour l’édition « Comprendre Sa Cible »), le Parcours Entrepreneur de Ticket for change ou encore le programme Entrepreneur for good de Live for Good (accessible si tu as moins de 30 ans).
Quand aux groupes de co-développement, ceux-ci capitalisent sur la pédagogie pair-à-pair et l’intelligence collective pour progresser en communauté. L’environnement bienveillant permet aux participant·es d'apprendre des expériences de chacun·e pour lever des freins / problèmes spécifiques dans son entreprise. Une séance se déroule entre 1h et 3h et suit un déroulé précis permettant à chacun·e d’énoncer sa/ses problématique·s du moment, de voter le focus du jour avant de plonger dans le dur. un des plus gros avantages du codev est que cela te permet d’avoir un groupe de responsabilité devant lequel t'engager et bénéficier de points de vue externes, d’expériences diverses, et de réseaux multiples. Ayant travaillé dans les environnements startup, je suis beaucoup plus familière des incubateurs et serai donc bien mal de te recommander des groupes de codev. Plusieurs de mes connaissances entrepreneur·ses m’ont parlé du réseau Brains with Benefits (que je n’ai jamais testé).
 

3/ se trouver un·e buddy

Lors des makesense_Sprint, deux logiques collectives s’imbriquaient : celle du groupe (de la promotion) et celle, plus réduite de binômes ou trinômes formés d’entrepreneur·ses dont les projets peuvent partager des thématiques similaires. Et, si l’esprit de promotion pouvait s’étioler une fois le programme achevé – normal puisque chacun·e nage dans sa direction – plusieurs buddies restaient en contact.
Ce qui est chouette dans le fait d’avoir un·e buddy, c’est :
👉 avoir quelqu’un qui te comprend et partage tes questionnements à portée de clavier / d’appel ou de main si vous êtes géographiquement proches
👉 pouvoir t’engager auprès d’une autre personne que toi (et donc éviter de parfois procrastiner des tâches reloues)
👉 avoir un regard extérieur sur ton entreprise et son développement – ce qui est dur à faire lorsqu’on est seul·e / qu’on a la tête dans le guidon, surtout dans les moments de doute
 
Si tu ne connais pas d’entrepreneur·se, tu peux passer par ton espace de cowork (si tu en as un), participer à des meet-ups autour de l’entrepreneuriat ou – pourquoi pas – passer par Linkedin ?
 

4/ rejoindre un espace de coworking

De même, rejoindre un esspace de coworking peut-être un bon compromis pour lever la solitude entrepreneuriale. Si tu ne souhaites pas occuper les lieux tous les jours, de nombreux espaces de cowork proposent des forfaits à l’heure, à la journée ou autres arrangements.
Y passer pour travailler te permet de rencontrer d’autres entrepreneur·ses de manière plus informelle que dans les incubateurs ou les groupes de codev.
Cela te permet également de changer d’environnement de travail et sortir de chez toi / ton pyjama.

mon retour d'expérience

Perso, j’ai toujours su que pour structurer mon projet, j’aurai besoin d’un cadre pour me canaliser, me questionner et m’offrir un regard extérieur.
Ayant travaillé en tant qu’ancienne coordinatrice sur les makesense_Sprint, j'ai rapidement pris conscience de l’importance de s’entourer lorsqu’on créait, d’où mon envie de rejoindre un incubateur. Aujourd’hui, cela me permet de séparer de manière plus saine mes moments de travail et ceux de détente avec mes ami·es. De même, ayant des locaux, la communauté d’entrepreneur·ses que je quotoie quasi quotidiennement s’apparentent à des collègues travaillant certes sur d’autres projets, mais avec qui je peux échanger pour avoir un retour d’expérience ou conseils de pairs.
De même, les formations, rencontres (in)formelles avec des professionnel·les du domaine culturel m’ont permis d’acquérir une meilleure vision du milieu dans lequel s’inscrit La piscine – Our Millennials Today (culturel & média) puisque ma formation et mes expériences précédentes en étaient fortement éloignées.
Passer par un incubateur n’est pas une obligation dans le développement d’un projet, mais à mon échelle, j’ai le sentiment que cela en accélère le développement / la structuration. Et ce d'autant plus que chaque projet résident bénéficie de coaching entrepreneurial. (Le fait d’avoir un temps régulier avec une personne neutre et extérieure au projet permet aussi de se mettre face à soi*).
En parallèle, j’ai monté un groupe de codev d’entrepreneuses aux séances à périodicité random (en fonction des besoins de chacune) ce qui permet de créer des liens hors de mon réseau quotidien.
Enfin – et, surtout – j’ai depuis bientôt deux ans une buddy. L’avantage c’est que maintenant : on (se) connaît bien, nos entreprises et nos envies. On célèbre ensemble, on galère ensemble et on avance ensemble. Cette entraide, suggestions et ce soutien permettent de prendre beaucoup de recul sur nos avancées mutuelles – et ça, ça n’a pas de prix ! La relation est assez complémentaire à celle qu’apporte les rdv codevs (beaucoup plus orientés intelligence collective) et permet de plonger plus en profondeur dans nos activités respectivess.
 
👋 avant de partir, remember: travailler c’est bien, mais trouver un équilibre de vie, c’est mieux, alors pense tout de même à 👇

prendre du temps pour toi

On peut rapidement se sentir débordé·e par son projet quand on se lance (at least I do sometimes) et se laisser embarquer dans le travail sans jamais appuyer sur pause… et ce d’autant plus depuis la pandémie, le télétravail et la non séparation de nos espaces pros/persos. D’où l’importance de faire le point sur les choses essentielles pour toi et prendre du temps pour te ressourcer comme par exemple : faire du sport, voir des ami·es, cuisiner ou lire.
 
©17 décembre 2022

* Just so you know : c’est pas toujours fun
 

©Apolline 🐋, 2022 - 2024
🏊🏾‍♀️ PloufletterLa piscine, le site - Ploufcast